Comment obtenir des aides lorsqu’on est une femme isolée ?

Devenir « parent isolé » est de plus en plus courant. Selon l’INSEE, il y a plus de 2 millions de ménages monoparentaux en France, soit environ un quart des ménages. Dans plus de 80 % des cas, le parent isolé est une femme. Ces familles sont souvent plus vulnérables que les autres familles et plus vulnérables à l’instabilité. Ces derniers mois, la crise sanitaire n’a pas aidé, alourdissant encore leur charge financière et mentale. « La perte de revenus associée au chômage partiel et à la garde d’enfants pendant les fermetures d’écoles ou de garderies est très complexe pour ces familles », a noté Sandra Blasiak, responsable et administratrice de l’Association des parents solo et des familles collectives d’entreprise (Unaf) de la Coalition nationale. Selon une enquête publiée par la Direction de la recherche, de la recherche, de l’évaluation et des statistiques (Drees) en avril 2021, 50 % des parents isolés s’inquiètent pour l’avenir.

Les différents aides que peuvent obtenir une femme isolée

La femme isolée peut bénéficier de 3 types d’aides qui sont notamment :

Les aides au logement

Dans ce cas de figure, il est à noter que 23% des familles monoparentales résident dans des locaux bondés de monde selon l’Insee. Logiquement, parler d’aides au logement pour femme isolé est un peu superflue car ça n’existe pas vraiment, mais cette dernière peut être crédible pour bénéficier de 3 allocations notamment

  • L’aide personnalisée au logement (APL) : cette aide concerne les logements qui font office d’une convention entre le propriétaire et l’Etat.
  • L’allocation de logement familiale (ALF) : cette allocation touche principalement les habitations qui n’ouvrent pas droit à l’APL c’est-à-dire lorsque le locataire a des enfants à charge.
  • L’allocation de logement sociale (ALS) : cette allocation touche principalement les personnes ne pouvant pas bénéficier de l’APL ni de l’ALF. Pour profiter intégralement de cette allocation, il faudra avoir un logement entièrement à votre charge, ne pas avoir des ressources excédant un certain seuil et enfin ne pas être lié fiscalement à un parent assujetti à l’IFI (l’impôt sur la fortune immobilière)

Les aides à la garde

Pour une femme isolée, le fait d’affronter une logistique et de très souvent assumer le budget consacré à la récupération de ou des enfants après la crèche sont un véritable défi. Cependant, la subvention Libre Choix de Garde d’Enfants (CMG) versée par la CAF pour les enfants de moins de 6 ans pris en charge par une gardienne agréée ou une gardienne à domicile a été bonifiée.

Son versement dépend de vos revenus, du nombre d’enfants à charge et de leur âge. Les parents isolés ont bénéficié d’une augmentation de 40 % du plafond de ressources par rapport à un couple.

Les versements mensuels d’aide aux parents isolés ont également augmenté de 30 %. Le problème, « Lorsque l’enfant a 6 ans, ces aides s’arrêtent. Pourtant, on ne laisse pas l’enfant seul à cet âge », a souligné Cathy Ngangué, qui a suggéré qu’à l’instar d’autres associations d’aide aux parents isolés, cette aide s’étende jusqu’à l’enfant a 10 ou même 12 ans.

Les aides financières

Si votre enfant a moins de 20 ans et que l’autre parent est décédé ou ne reconnaît pas son enfant, vous pouvez demander l’Allocation de Soutien Familial (ASF). Son montant est de 116,11 euros par mois et par enfant à charge, octroyé par la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA) sans condition de ressources. L’ASF peut également vous accorder un petit complément de pension alimentaire (moins de 116,11 euros), ou une avance si l’autre parent ne paie pas. Dans ce cas, la CAF entame le processus de collecte avec ce dernier pour le reprendre. En revanche, si vous vivez en couple ou si vos enfants sont en garde partagée, vous ne pourrez pas percevoir cette allocation.

Par ailleurs, des allocations familiales sont accordées aux familles ayant au moins 2 enfants à charge, sachant que leurs montants dépendent du niveau de ressources. « Pourtant, 55% des familles monoparentales n’ont qu’un seul enfant à charge et ne peuvent donc pas l’avoir », a déclaré Cathy Ngangué, présidente de la Fédération des syndicats de familles monoparentales. Si vous avez 3 enfants à charge ou plus (âgés de moins de 21 ans), vous pouvez également bénéficier d’une allocation familiale sous condition de ressources. Par exemple, si vos revenus annuels sont compris entre 29 930 et 47 853 euros et que vous élevez 3 enfants, cette aide s’élève à 171,91 euros par mois.

Source : https://www.dossierfamilial.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.